Visuel
   
  PHOTOGRAPHIES
  VIDEO
 
Plus près !
CONFERENCE
 

 
 
Petite messe solennelle

Lyrique

Théâtre musical, cette pièce enjouée sied à merveille à Rossini : à l’unisson, de merveilleux solistes font de cette messe une ronde d’images plaisantes.

Musique Gioachino Rossini
Compagnie Nico and the Navigators

Conception et mise en scène Nicola Hümpel
Direction musicale Nicholas Jenkins
Scénographie Oliver Proske, Lumières Andreas Fuchs
Costumes Frauke Ritter
Assistante mise en scène Sarah Myriam Wolf
Pianos SooJin Anjou, Martin Surot (David Zobel)
Harmonium Jan Gerdes

Chant
Julla von Landsberg Soprano - Solo
Elizabeth Calleo, (Elizabeth Weisberg) Soprano, Leticia Giuffredi - Soprano
Janja Vuletic, (Ulrike Mayer) Mezzo – Solo 
Annerose Hummel Mezzo
Philipp Caspari Contre-ténor
Milos Bulajic Ténor – Solo
Ted Schmitz Ténor
Sean Clayton Ténor
Pauls Putnins Basse – Solo
Franz Schlecht, (Michael Adair) Basse
Ulf Bunde Basse

De et avec
Yui Kawaguchi, Martin Clausen, (Peter Fasching), Charles Adrian Gillott, Patric Schott

Régie lumières Roman Fliegel
Régie son David Rusitschka
Techniciens Holger Müller, Sonja Winkler
Surtitrage Marie Henrion
Production Ilja Fontaine, Judith Bodenstein

Une production de «pèlerinages» Kunstfest Weimar et Nico and the Navigators. Coproduction Grand Théâtre du Luxembourg, Bregenzer Festspiele, KunstFestspiele Herrenhausen et Theater Erfurt. Avec le soutien du Hauptstadtkulturfonds, du Land de Berlin, de la Fondation Schering et de la Fondation Augstein. En coopération avec l’Opéra Comique Paris, l’Opéra de Dijon et la Radialstiftung Berlin.

Photographies : Antonelle Travascio / Maik Shuck / Falk Wenzel / Gerhard F.Ludwig


Lundi 10, mardi 11 février 2014 à 20h - Théâtre Bernadette Lafont
Tarif I [+] - Durée 1h50
Spectacle en anglais et allemand surtitré en français. Representations uniques en France Saison 2013-2014.

 
 


CETTE PETITE MESSE EST UNE GOURMANDISE MUSICALE
. Rossini est à son apothéose, sous la coupe de la troupe berlinoise, réputée pour son langage visuel. L’esprit y est habile, les clins d’oeil rieurs. La baguette de Nicholas Jenkins donne le « la», les solistes se prennent au jeu et redoublent de justesse lyrique pour mieux se laisser aller à la bagatelle théâtrale.
Inclassable, encensé pour son savoir-faire, Nico and the Navigators fait entrer à son répertoire ce «pêché de vieillesse », comme Rossini appelait les courtes pièces auxquelles il s’est consacré à la fin de sa vie. Le père de l’opéra-bouffe y a jeté en pâture sa foi et ses doutes. La révérence et la rigueur cèdent le pas à des poussées de légèreté. Chaque soliste s’empare de la personnalité multiple de Rossini, creusant des brèches dans les croyances et les promesses de rédemption de notre époque. Ils éveillent nos esprits, leur spontanéité culmine d’une intelligence étincelante. C’est un plaisir de s’abandonner ainsi à la quiétude.

 
théâtre de nîmes
théâtre de nîmes  
théâtre de nîmes  
théâtre de nîmes  
théâtre de nîmes